Pérou : Conga no va ni ahora ni nunca ¡ Non à la répression !

2014 – 5 – 22 – Solidaires international 68

Màxima Acuña de Chaupe vit depuis 24 ans sur ses terres à Tragadero Grande, Sorocucho, dans la région de Cajamarca au Pérou. En 2011, l’entreprise minière Yanacocha a voulu acheter ses terres, qui se situent au centre de la zone où elle entend exploiter une mine à ciel ouvert, le projet Conga. Ce projet menace l’eau, l’environnement et le mode de vie des habitants de la région. Lorsque Màxima a refusé de vendre ses terres, une campagne d’intimidation et de violence a été orchestrée contre elle et sa famille. L’entreprise a ainsi intenté un procès à Màxima Acuña de Chaupe pour « usurpation de terre », gagné en première instance par l’entreprise. Cette décision a cependant été cassée en seconde instance par la Cour Suprême de Justice de Cajamarca. Le procès est toujours en cours.

Au cours de ce premier trimestre, les intimidations et tentatives d’expulsion par la force se sont intensifiées. Le 6 mai, Màxima et six autres personnes, dont trois journalistes, ont été arrêtés et détenus pendant plus de 3 heures. Ces derniers étaient venus constater les conditions de vie de la famille Chaupe, mais les forces de police et les employés de Yanacocha leur ont interdit l’accès à la ferme de Màxima, violant le droit à la libre-circulation et à l’information. L’Union syndicale Solidaires est intervenue auprès de l’ambassadrice du Pérou en France pour protester et réaffirmer notre soutien à la population de Cajamarca.

La population de Cajamarca est engagée dans une mobilisation pacifique et massive contre le projet Conga depuis maintenant trois ans, mais elle sévèrement réprimée par les forces de l’ordre péruviennes. Màxima Acuña de Chaupe, membre de « l’Association de femmes en défense de la vie » et de « l’Union latino-américaine de femmes », en est devenue le symbole. Après une série de rencontres à Bruxelles et à Genève, elle est à Paris pour recueillir un soutien international et sensibiliser l’opinion publique sur cette lutte ; une rencontre est organisée au siège de l’Union syndicale Solidaires.

show
 
close